zegel-marres 1701

Marres

G-FGC6628

MARRES - MARES

G - FGC6629 / FGC6634
zegel mares

Mares

G-Y89939

*

Les ancêtres et clades G traités sur ce site
Verre Voorouders (Nederlands) G
M201
G2a2a
PF3147
G2a2a1a1
FGC6669
G2a2a1a1b
FGC6618
G2a2a1a1b1
FGC6629
English flag USA flag
For the English version
–   Er is een  Nederlandse versie
Nederlandse vlag Belgische vlag

*

Quelques explications à l'avance

Le chromosome Y masculin est le seul chromosome qui ne se transmet que de père en fils, et pas aux filles. Cela se fait de la même manière qu'avec le nom de la famille; mais là le nom est au contraire bien transmis aux filles, mais elles ne le transmettent pas. Donc: Dans une famille, tous les membres masculins ont le même chromosome Y, également appelé Y-DNA.

Adam, l'ancêtre de tous les peuples, aurait vécu en Afrique il y a un quart de million d'années. Il avait le Y-ADN original. Les modifications héréditaires, appelées mutations, se produisent régulièrement. La mutation qui utilise la généalogie généalogique est appelée SNP. Cette mutation peut se produire dans dix mille endroits et nous le constatons environ une fois toutes les deux générations. Cette mutation peut donc être utilisée pour établir des relations familiales qui s'étendent sur une courte période et sur plusieurs milliers d'années.

À cause de ces SNPs, l'humanité s'est divisée en groupes. Dans l'ADN, nous appelons cela des haplogroupes. Nous en connaissons maintenant une vingtaine.

Quand un homme avec un nouveau SNP a progéniture un nouveau sous-groupe est créé, appelé clade. L'ancêtre de notre famille avait un tel nouveau SNP et formait ainsi son propre clade.

Un autre type de mutation est la STR (courte répétition en tandem). Cette mutation concerne le nombre de répétitions d'un motif de nucléotide sur un certain segment d'ADN-Y. S'il y a quatorze répétitions sur le segment 393,nous notons ce comme DYS393 = 14. Ces mutations se produisent plus fréquemment et sont donc utilisées pour enregistrer les relations familiales à court terme, qui s'étendent sur des centaines d'années.

Haplotype est le nom de la collection STR's d'une personne.

*

Le Clade de la Famille

Les familles sont caractérisées par leurs propres SNP qu'ils ne partagent pas avec les familles apparentées. Ce sont donc les derniers SNP acquis. L'âge d'une famille est estimé par le nombre de SNP acquis.

Notre ADN familial a été étudié dans plusieurs laboratoires et a été étudié par deux scientifiques différents, dont les résultats diffèrent légèrement.

Ray Banks de l’organisation Internationale de Généalogie Génétique, ISOGG a choisi de la série des SNP acquis comme notre porte-drapeau FGC6629 et estime le moment de la création du clade de notre famille à il y a 1500 jusqu'à 2500 ans. C'est donc à l'époque romaine. (1a)

Le département scientifique de la société Y-Full a choisi FGC6634. Ils estiment que le moment de l'émergence est beaucoup plus récent il y a 1200 il y a 1200 ans, c'est-à-dire au Moyen Âge, à l'époque des Carolingiens, mais on sait qu'ils estiment généralement le temps 10 à 40% plus court que les autres. (1b)

La famille Moorres d'Eysden est connue pour avoir un test génétique qui montre qu'ils ne sont pas apparentés. (1c)

Deux familles apparentées ont émergé à cette époque. Ceci est décrit à Benelux clade.

*

Le plus ancien ancêtre connu de notre branche est un homme que nous connaissons sous le nom Morees et également sous le nom Morech. On ne sait pas pourquoi il a été mentionné avec un seul nom et s'il s'agissait d'un prénom ou d'un nom de famille. Il était propriétaire à le village de Sussen près de Maastricht. Il est mentionné pour la première fois de l'année 1388, c'est-à-dire après sa mort. Sa veuve paie ensuite les propriétaires fonciers obligatoires au hospice de Tongres

Charter Boxberch

Son très probable fils Jehan Marres a acquéri, selon une charte daté du 6 juillet 1403 les vieux biens des chevaliers de Boxberch à cette village.

Johan a eu sept enfants qui ont atteint l'âge adulte. Son fils probablement le plus âgé, Johan Mees, est l'ancêtre d'une famille de Mees. Ils habitent le Boxberch jusque peu après 1495. En l'an 1500, il est bien entre les mains de Johan Tertres.

Les tests ADN peuvent indiquer aux personnes portant le nom Mees si elles appartiennent à cette branche familiale. Le test YSEQ-Alpha à 58 $, ou 50 €, à YSEQ est suffisant.

*

Son deuxième fils, Reyner Marres I, est l'ancêtre de la famille Marres. Durant plus d'un siècle, trois générations, les membres de la famille sont membres du corporation des drappeurs et marchants à Maastricht. On ne sait pas beaucoup de choses sur ce Reyner que celui-ci était combatif et devait promettre de ne pas utiliser la violence.

La prochaine génération est Johan Marres II, il est doyen de la guilde des drapiers et capitaine de la garde de la ville et aussi connu comme commerçant. Il achète une maison de campagne à Heukelom vers la fin du XVe siècle et reçoit le nom de ce lieu.

C’est avec les fils de son fils, Reijner Marres II, génération IV (1490-1552) que la famille se scinde en deux branches, Marres et Mares. Il est donc ce que l’on appelle dans la littérature généalogique-génétique le ancêtre conjoint le plus récent, MRCA, des deux branches de la famille.

Maastrichts charter betreffende belasting vrijdom voor de gebroeders Matthijs, Jan en Reijner Marres, 8 augustus 1526

Reyner Marres II a trois fils qui étaient marchands selon une charte de Maastricht datée du 8 août 1625, qui a confirmé le libre échange dans le Brabant pour les trois frères Matthijs, Jan et Reijner Marres III van Heukelom.

Reijner Marres III (1490-1552) est le plus récent ancêtre commun des deux branches de la famille.

Reyner a reçu 10 SNPs, dont le FGC6629, depuis la scission au temps de l’empire romain.

The Familiale Y-DNA clade
FGC6629

Chacune des deux branches a reçu quelques uns de ses propres SNP, le SNP déterminant de la branche Marres devient FGC6628 et de la branche Mares Y89939. (1)

splitsing
Matthijs Marres, de Heukelom, 1525-1612

G-FGC6628

Reyner Mares, de Fall, 1530-1580

G-Y89939

*

Les haplotypes Familiaux

Voici les résultats du test Y-ADN avec 37 marqueurs STR, plus tard 112.
Ces séries de STRs sont appelées haplotypes.

Marqueurs DYS: cases bleu clair   -   Valeurs DYS: cases jaune clair   -   - Première étape génétique cases brun clair   -   Deuxième étape cases brun foncé.

 Ancêtres communs le plus récents    Nom   393 390 19a 19b 391 385
a
385
b
426 388 439 389
i
392 389
ii
458 459
a
459
b
455 454 447 437 448 449 464
a
464
b
464
c
464
d
460 GATA
  h4  
YCA
  IIa  
YCA
  IIb  
456 607 576 570 CDY
  a  
CDY
  b  
442 438
 Reyner Marres 
  ±1490 - ±1560  
 J.W. Marres 
 1732 - 1794  
  B. Marres   14 22 15 15 10 13 14 11 12 11 12 11 28 16 9 9 11 11 23 16 22 29 12 13 14 14 11 11 20 20 15 14 17 18 33 40 11 10
  G. Marres   14 22 15 15 10 13 14 11 12 11 12 11 28 16 9 9 11 11 23 16 22 29 12 13 14 14 11 11 20 20 15 14 17 17 33 39 11 10
Peter Mares
1615 - 1686
 A. Mares  14 23 15 15 10 13 14 11 12 11 12 11 28 16 9 9 11 11 23 16 22 29 12 13 14 14 11 10 20 20 15 14 17 18 33 38 11 12
G. Mares 14 22 15 15 10 13 14 11 12 11 12 11 28 16 9 9 11 11 23 16 22 29 12 13 14 14 11 10 20 20 15 14 17 18 32 38 11 11

La duplication du marqueur 19 en 19a et 19b, les deux ayant les mêmes valeurs, a été établie pour la première fois avec des techniques spéciales dans l'échantillon d'ADN d'Eugène (Boed). La répétition de cette étude dans un autre laboratoire n'a malheureusement pas permis de confirmer ce résultat. (2)

Écarts génétiques

L’écart génétique est le nombre total des différents marqueurs STR établissant le temps écoulé depuis le premier ancêtre commun.

Le temps jusqu'au le premier ancêtre commun

Le temps écoulé depuis le premier ancêtre commun, TPCA (TMRCA en Anglais), est calculé sur base de l’écart génétique. Chaque marqueur a un taux moyen unique de changement, mais quand de nombreux marqueurs sont identifiés, on peut en déduire un taux de modification moyenne. Avec 38 marqueurs, on peut supposer un écart génétique toutes les sept générations. Nous avons utilisé le Comparateur Y-ADN de Dean MacGee de l’ISOGG. (3)

L’écart génétique
ID Mrr B Mrr G Mr G Mr A
Marres-B 38 2 5 6
Marres-G 2 38 5 6
Mares-G 5 5 38 3
Mares-A 6 6 3 38

Le nombre des marqueurs est représenté
en vert

Le temps jusqu'au le premier ancêtre commun (génétique)
ID Mrr B Mrr G Mr G Mr A
Marres-B 38 224 384 384
Marres-G 224 38 480 480
Mares-G 384 440 38 320
Mares-A 384 480 320 38

Taux dérivés de FTDNA: 0.0054.
Probabilité de 50% que le temps soit
plus long ou plus court que celui indiqué.
Période générationnelle moyenne: 32 ans.

Le temps jusqu'au le premier ancêtre commun (généalogique)
ID Mrr B Mrr G Mr G Mr A
Marres-B 38 180 450 450
Marres-G 180 38 450 450
Mares-G 450 450 38 339
Mares-A 458 458 339 38

Année de naissance du premier ancêtre commun connu : 1490
Année de naissance de l'ancêtre Mares : 1615
Année de naissance de l'ancêtre Marres : 1759
L'année de naissance moyenne des participants : 1946.

*

haplotypes détaillée d'un Marres et Mares

Marqueurs DYS : cases bleu clair - Valeurs DYS : cases jaune clair - Première étape génétique : cases brun clair - Deuxième étape : cases brun foncé.

393 390 19a 19b 391 385a 385b 426 388 439 389i 392 389ii 458 459a 459b 455 454 447 437 448 449 464a 464b 464c 464d 460 GATA
h4
YCA
IIa
YCA
IIb
456 607 576 570 CDY
a
CDY
b
442 438
  B. Marres   14 22 15 15 10 13 14 11 12 11 12 11 28 16 09 09 11 11 23 16 22 29 12 13 14 14 11 11 20 20 15 14 17 18 33 40 11 10
  G. Mares   14 22 15 15 10 13 14 11 12 11 12 11 28 16 09 09 11 11 23 16 22 29 12 13 14 14 11 10 20 20 15 14 17 18 32 38 11 10
 
531 578 395
S1a
395
S1b
590 537 641 472 406
S1
511 425 413a 413b 557 594 436 490 534 450 444 481 520 446 617 568 487 572 640 492 565
 B. Marres  11 08 16 16 08 11 10 08 11 10 12 21 22 15 10 12 12 16 08 12 24 20 15 13 11 13 10 11 11 12
 G. Mares  11 08 16 16 08 11 10 08 11 10 12 21 22 15 10 12 12 16 08 12 24 20 15 13 11 13 10 11 11 12
 
710 485 632 495 540 714 716 717 505 556 549 589 522 494 533 636 575 638 462 452 445 Y-GATA
A10
463 441 Y-GGAAT
1B0
7
525 712 593 650 532 715 504 513 561 552 726 635 587 643 497 510 434 461 435
 B. Marres  40 15 08 15 11 22 28 21 12 11 13 13 11 09 10 11 10 11 14 27 10 12 22 13 11 10 24 15 18 14 23 18 14 16 26 12 21 18 11 14 18 09 12 11
 G. Mares  40 15 08 15 11 22 27 21 12 11 13 13 11 09 10 11 10 11 13 28 10 12 22 13 11 10 23 15 18 14 23 18 13 16 26 12 21 18 11 14 18 09 12 11
Summary

Deux membres de la famille, un Marres et un Mares, ont eu leur haplotype mesuré. De leurs 112 marqueurs STR 92 sont identiques et 9 différents. Nous appelons cela une écart génétiqude de 9.

FTDNA dit ce qui suit à propos d’une écart génétiqu de 9 mesurée à 111 marqueurs: Une correspondance 102/111 indique une appartenance lointaine avec une chance d’une relation généalogique. Environ la moitié des matchs à ce niveau sont liés en tant que 13ème cousins ou plus proches.

Généalogiquement, ils ont un premier ancêtre commun qui vivait il y a 14 générations. La distance génétique correspond parfaitement aux attentes. ( 4 )

*

L'ADN mitochondrial (ADNmt)

Dans les mitochondries des cellules du corps de tous les êtres vivants, il y a une quantité relativement faible d'ADN. Cela vient de l'ovule femelle. Il est ainsi transmis par la mère à ses fils et à ses filles, mais seules les filles le transmettent. Cet ADNmt a été identifié chez Eugène C.W.L. (Boed) Marres.

La ligne ascendante va de sa mère aux familles suivantes: Franquinet, Tielens, Corten, Becker, Geurts, Meyers et ainsi de suite, Maria Catharina Peussens, Claessens, Deumans, Brants, Limpens et Geelen. la plus ancienne ancêtre connue est Margaretha Geelen, née autour l'an 1570 à Schinnen, au pays de Fauquemont dans le sud du Limbourg, 15 kilomètres au nord-est de Maastricht.

L'ADNmt est également divisé en haplogroupes par analogie avec l'Y-ADN, bien qu'ils soient biochimiquement bien différents. Cet ADNmt a été testé dans les laboratoires suivants : Full Genomes; National Geographic et son projet bêta GENO2; 23andMe.

Genografic, avec le même résultat suivant : haplogroupe 'N1a'd'e'l'. Les laboratoires 23andMe et FTDNA le nomment différemment: 'I1a1'. Ceux-ci semblent avoir des résultats différents, mais ne sont que d'autres codes.

Le plus éloigné est maintenant YFull: I1a1a*, formé 200 ans avant Chr. D'une grande mère d'environ 75 générations, il vivait avec des parents qui vivaient maintenant des deux côtés de la Méditerranée occidentale et sur les régions côtières de l'Europe occidentale et septentrionale jusqu'en Russie.

L'haplogroupe ADNmt ‘I1a1’ est plus commun en Allemagne et en Suisse, en Europe de l'Est comme la République tchèque, la Pologne, l'Estonie, dans les Balkans en Slovénie, en Bosnie, en Macédoine et en Croatie, ainsi qu'au Liban et en Ukraine.

L'arbre ADNmt
Mt tree, journal.pone.0208829.g001

Le début du pedigree mitochodrial.

PhyloTree.org - mtDNA tree Build 17 (18 Feb 2016) subtree N1

La place de la famille Marres dans l’arbre généalogique mitochondrial est indiquée en brun foncé.

*

ADN AUTOSOMIQUE

L'ADN autosomique est un terme utilisé dans la généalogie génétique pour décrire l'ADN hérité des chromosomes autosomiques. Un autosome est l'un des chromosomes numérotés, par opposition aux chromosomes sexuels. Les humains ont 22 paires d'autosomes et une paire de chromosomes sexuels (le chromosome X et le chromosome Y). J'ai déterminé cela d’après les composantes ethniques avec un certain nombre de laboratoires. Les résultats ne diffèrent pas beaucoup les uns des autres et peuvent être trouvés dans les notes. Voici les plus récents. (5)

LM GENETICS
B.M. K36 Ancestry Report Geografcal 2018-800

Vous pouvez agrandir la carte avec la souris et y apercevoir un point vert sur Maastricht.

Mon génome a des gènes communs avec principalement les Allemands de l'Ouest, en commençant par les Hessois et les Bade-Wurtemberg, puis principalement l'Allemagne du Sud et la Suisse, puis les Wallons, les Français du Nord, la Lorraine, les Flamands et enfin les Anglais du Sud-Est.

Au premier millénaire de notre ère et peut-être même avant, beaucoup sont passés de l'Europe de l'Est à l'Europe de l'Ouest. Et beaucoup de résidents de ce qui est maintenant les Pays-Bas, la Belgique, la Westphalie et la Saxe sont partis en Grande-Bretagne. Bien sûr, beaucoup sont également restés sur place ou dans leur région d’origine.

Mes ancêtres viennent tous des régions situées au sud de Maastricht. L’empreinte la plus moins est celle des Limbourgeois. Les Brabançons sont également mal représentés, et les autres Hollandais sont à peine là. Lorsque de nombreuses personnes utiliseront leur génome pour leurs recherches de cette manière, cela rendra l'histoire des migrations européennes plus claire.

*

GEDMATCH

Ceci est un groupe de recherche de généticiens qui effectuent des tests automatisés pour les grandes entreprises. Ils ont cherché les origines remontant à plusieurs milliers d'années des premiers habitants de l'Eurasie.

Les plus anciens sont les premiers habitants de L'Altaï qui vivaient dans la toundra à l'ère glaciaire. Après la période glaciaire, il y a environ 10 000 ans, les chasseurs-cueilleurs habitant dans leurs refuges sur la mer Méditerranée ont repeuplé la partie continentale de l'Europe. Des paysans du néolithique sont venus d'Anatolie il y a 7000 mille ans, et les peuples de l'âge de fer sont arrivés du Caucase il y a 5000 ans. Aussi les Huns ont-ils laissé des traces.

Etnische herkomst B. Marres, Bron: GedMatch

*

Gedmatch a comparé notre ADN familial aux vestiges archéologiques des collectionneurs de Jager et aux premiers agriculteurs européens néolithiques. Ci-dessous figure un chiffre montrant les résultats dans l'ordre de la relation établie avec laquelle nous avons au moins un CentiMorgan de parenté en commun. (6)

En archéogénétique, 1 cM est la limite inférieure du lien. Plus ce nombre est élevé, plus le lien est serré, comportant donc des lignes plus nombreuses et plus épaisses.

Dans le tableau ci-dessous, Boed Marres semble être le plus lié à deux hommes du néolithique ayant vécu il y a 7200 et 3200 ans dans ce qui est maintenant la Hongrie. Ils sont suivis de près par un ascendant de la région de Stuttgart il y a 7000 ans, puis par un luxembourgeois ayant vécu il y a 8000 ans. Plus loin dans le passé, il y a 45000 ans, nous trouvons un ascendant en Sibérie et un autre en Amérique du Nord il y a 12 000 ans. Ses ancêtres avaient traversé le détroit de Béring depuis quelques générations seulement

Il est frappant de constater un Grand Écart génétique avec les Anglais, les Scandinaves et les Espagnols avec qui il semble que nous n’ayons aucun ancêtre commun. C’est avec les Britanniques, avec qui nous partageons des segments de 1 ou 2 cM sur cinq endroits, que l’écart est le plus grand (tout en bas).

GEDmatch-1cM

*

Gènes du Néandertal

Un test intéressant est celui de la présence de gènes de Néandertal. Notre quantité de gènes est estimée, selon le laboratoire des tests entre 2,8% et 4,8%, dont environ 2/3 de gènes néandertaliens et 3% d'autres espèces humaines prémoderne du l'hominidé de Denisova.

schedels noderne mens en Neanderthaler

Crâne d'un humain moderne et d'un Neandertal, Musée d'histoire naturelle de Cleveland.
J'ai appliqué le prognatie bimaxillaire au Néandertalien.
Avec la souris sur l'image vous voyez l'image originale (7)

*

L'ADN de la famille Marres

Au Congrès international biennal des sciences
généalogique et héraldique tenu à Maastricht en 2012.

À ce Congrès la conférence d'ouverture a été donnée en anglais par Dr. W. Penninx. Il y expose les variations de l’Y-ADN des différentes branches de la famille Marres et la façon dont de petits changements dans l’Y-ADN prouvent les liens familiaux proches et lointains, ce qui est impossible par le biais des recherches généalogiques et historiques.

Il montre les liens familiaux remontant au Moyen Âge, voire au Néolithique. Les résultats des tests ADN au sein de la famille Marres servent à illustrer son propos.

Le résultat recherché lors de l'étude génétique est le lien familial généalogique attendu, mais non prouvé entre les familles néerlandaises Marres et Mares, sinon à démontrer sa probabilité avec un maximum de fiabilité.

Genetic Variation in the Netherlands in the Last 2000 Years

Variation génétique au cours des 20 derniers siècle

Nous hypothèse était que les familles Marres et Mares, toutes deux de Maastricht, étaient deux branches d'une seule famille. Cette hypothèse pouvait être prouvée par des tests d'ADN et elle l’a été.

Ce but ayant été atteint, nous avons utilisé les connaissances génétiques accumulées par cette découverte pour découvrir notre histoire familiale jusqu'à la préhistoire. Avec les données recueillies, nous espérons contribuer non seulement à l'histoire nationale de notre pays, mais aussi à l'histoire européenne et mondiale.

Quant à la famille Marres, il existe de nombreuses publications et héraldiques. Le lien entre les deux familles apparaît comme étant vraisemblable dans l'une de ces publications. (8)

L'apparition de la recherche sur l'ADN au cours de ce siècle a offert une merveilleuse méthode pour prouver le lien supposé. Quatre hommes, trois de la famille Marres et deux de la famille Mares ont participé à cette recherche génétique et se sont soumis à des tests d'ADN: Eugène (Boed) et Gilbert Marres, et André et Guus Mares ont participé à plusieurs projets. (9)


Accueil

Auteur: E.C.W.L. Marres, Amsterdam,

dernière modification: