LES ARMOIRIES
MARRES  /  MARES

Wapen Marres getekend door C.Böhm
Armoiries Marres
:
Ecu: d'or à trois feuilles de nénuphar de sinople
Cimier: Un cerf levé au naturel
Lambrequins: vert, bordé d'or.

Litterature

Dans la littérature récente les armoiries sont décrites dans Nederlands Patriciaat, 47 ann. 1961 et 76 ann. 1992.

F. Goole en P. Severijns, Limburgse Families en hun wapens, Hasselt-Tongeren 1973.

En Nederlands Patriciaat, 76 jg. 1992 et Nederland's Wapenboek, édition KNGGW 1998, est mentionné comme cimier de la branche Néerlandaise un cerf en de la vieux branche Belge une tête de braque (tête de chien).

En Nederlands Wapenboek l'armoiries Marres avec ses histoires et ses variants sont décrits extensif.

Wapen Marres, Belgische tak

Pierre tombale de Louis Marres 1922-1979
de la branche Belge à Maastricht

Old Armorials

Dictionnaire des figures héraldiques, Th. de Renesse, seven parts, Brussels 1894-1903, nos armes sont décrits sous le nom de Marets.

Armorial Général, J.B. Rietstap, Gouda, 1887.

Collection des Tombes et Epithaphes dans le Pays de Hesbaye, L. de Herckenrode, Gand, 1845.

Recueil Héraldique des Bourguemestres de Liège, , J.P. Gramme, Liège, 1720

Le Miroir des Nobles de Hasbaye, Jacques de Hemricourt, manuscript 1398. La famille Marres est enregistré mais descriptions d'armes ne sont pas données.

*

Les Sceaux

De la branche Marres sont connus quatre vieux sceaux, chaque avec une autre figure héraldique. Ils sont de trois membres de la famille, deux d'un seul homme en les autres de deux femmes qui ont utilisé l'arme de leurs maris. L'un d'eux est à tort connu comme étant un sceaux Marres.

Les sceaux et armoiries de Pau (de) Marres

Pau de Marres, 1629-1707, notaire et procureur à Maastricht, est le fils de Paulus Matthias Marres en Maayken Smeets. Pau est le frère de Servaes Marres, brasseur dans De Wildeman (l'ogre) sur la Rue de Bruxelles à Maastricht, ancêtre des branches Néerlandaises et Belges de la famille Marres.

Il a utilisé au moins deux variants. Le plus vieux est de 1669. Description: parti: A. un arbre, B. un Griffon. Cimier: un griffon.
Sur les deux côtés du casque sont ses initiales de P et M. (51)

Dans ce sceau l'arbre sur le côté droit indique probablement son épouse d'alors Margaret Booms.
La maison de Mares du début médiévales à Courtrai avait comme supports des griffons, aussi comme la famille néerlandaise Marees.
Étrange est le placement de la figure de l'arme de sa femme et de son placement à gauche, une erreur?

Seal Pau Marres, 1669

Sceau de Pau de Marres
1669

Le sceau jeune date de 1701 et est trouvé sur une lettre de Pau Marres dans son qualité de procureur et adressée aux échevins de Geleen.

Description: Trois feuilles de Marais entrelacées et vidées. Cimier: méconnaissable en raison de dommages. (52)

Dans ce sceau, nous voyons pour la première fois le feuilles de marais, entrelacées et vidées ou tressées.

Dans ces armoiries sur sa pierre tombale les feuilles marais sont placées adjacentes, les pointes concentrées au centre.

Seal Pau Marres, 1701

Sceau de Pau de Marres
1701

Les sceaux des deux Elisabeth's (de) Marres

Elisabeth van Leeuwen - de Marres, 1672 - 1710, fille de Pau Marres et Marie Gehlen, a été mariée au fils d'un maire de Venlo, John Francis Baron van Leeuwen, général de l'armée autrichienne, commandant de l'armée sur le terrain en Italie et enfin commandant forteresse de Mantova (Mantoue). Elle a toujours utilisé le sceau de son mari. Où et quand elle est morte n'est pas claire. Le 8 janvier 1710, elle était à Ingolstadt (Bavière) quand elle a donné naissance à son dernier enfant. Ce fils, baron August Engelhard von Leeuwen sera plus tard en 1766 que son père major-général et membre de l'état-major de l'Autriche. Elisabeth est probablement mort dans l'accouchement ou peu de temps après, car le premier enfant de la seconde épouse de Frans van Leeuwen, Francesca Sidonia entra vers 1730 dans le monastère Carmellini à Mantova et aura alors dix-huit ans. (53)

Armoiries van Leeuwen: d'argent à un chevron de Gueules surmonté de trois coquilles Saint Jacques d'or. Lambrequins: Gueules, bordé d'argent. Cimier: un lion sortant versé à la droite de sable, tongue en griffes de gueules entre deux tulipes de gueules.

zegel van Elisabeth Marres echtgenote van Johannes Franciscus baron van Leeuwen, 1701 Foto: Harry Paping, Maastricht.

Sceau d'Elisabeth
van Leeuwen-Marres
1709

Elisabeth a Busco - Marres, 1696 - 1765, est la fille de Matthijs Marres en Margaritha Lenarts et une petite-fille de Pau de Marres. Elle aussi scelle avec le sceau de son mari. En 1724 elle était mariées avec Roger a Busco. Il est officier en services des Etats Généreaux de la Hollande dans le régiment du géneral Idsinga. Il est mort jeune étant jong comme enseigne environ 1733.

Rogier a Busco appartenait à l'ancienne famille noble Van den Bosch et était un membre de la branche de Mopertingen, dont les membres se sont appelés 'à Busco'. Il est né à Tongres (Belgique) le 27 Septembre 1702 et fils d'Arnold a Busco et Beatrix Matthijssens. Le sceau de Elizabeth est attachée à sa volonté en 1760. (54)

Armoiries van den Bosch van Mopertingen: de vair, la deuxième ligne une burelle d'or surmontée de trois lis de sable. Cimier: in lis.
Voyez ici la généalogie van den Bosch

Sceau d'Elisabeth a Busco-Marres, 1760
Foto: RHCL te Maastricht, fotografische dienst.

Sceau d'Elisabeth
a Busco-Marres
1760

Dans la base de données héraldiques du Bureau Central de Généalogie à La Haye est l'arme dans ce sceau interprété à tort comme une arme Marres, mais c'est une arme de la famille Van den Bosch alias à Busco branche Mopertingen. (55)

Handtekening en zegel van Elisabet a Busco-Marres, 1760. Foto: RHCL te Maastricht, fotografische dienst

Sceau et signature d'Elisabeth a Busco-Marres en 1760

*

La pierre tombale de Pau de Marres

Het interieur van de Sint Janskerk te Maastricht met de grafzerk van Pau de Marres liggend voor de preekstoel.
Pierre tombale de Pau de Marres à l'église de Saint Jean à Maastricht.

L'Intérieur de l'église Saint Jean

Pierre tombale de Pau de Marres

Dans l'église Saint-Jean de Maastricht est situé avant la chaire la pierre tombale magnifiquement sculpté et bien conservé de le ci-dessus mentionné Pau Marres. Après trois cents années il est seulement un peu abrasé. Pau, baptisé comme 'Palmachius' est notaire et procureur à Maastricht et dans la période française (1672-1678) il est aussi échevin de Valkenburg (Faulquemont) et 'Tweebergen' et bailli de Saint Pierre à Montenaken chez Maastricht, Il est mort en 1707 enterré dans le couvent du Croisiers (kruisherenklooster) ou sons fils Willem était un moine et plus tard serait Prior.

Pendant le démantèlement des monastères en le temps de la Révolution française La pierre tombale est sauvegardé et après le départ des Français Il a été placé dans l'église de Saint-Jean ou il est maintenant à admirer au pied de la chaire.

Sur la pierre est dans un cartouche sculpté son arme de l'alliance. L'écu est divisé et sur le côté droit coupé. Dans le premier quart nous voyons les trois feuilles de Marais, dans le deuxième trois cerfs sautant. et le côté gauche le marque de son deuxième femme. Comme cimier un cerf sautant. Au-dessous un lion avec une bouche ouverte dans lequel la texte: Hier ligt begraven Pau de Marres starf den (Ici est enterré Pau de Marres).

Dans la même église se dresse contre le mur nord le mémorial de Margarita Elizabeth Cabeliau-de Grijse, C'est un grand et magnifique tombeau sculpté avec des lions et un squelette sous-jacent. Il contient les armoiries des ses seize quartiers, y compris un arme semblable à la nôtre etau-dessous duquel est ciselé le nom Marre. Cependant, contrairement à son nom l'indique, cést le blazon de la famile van de Meer. Les feuilles de nénuphar sont présentés ici avec des tiges.

Wapen Marre

Vieux livres héraldiques

Dans les livres 'héraldiques de Herckenrode, 1845, (56), Rietstap, 1887,(57) et Renesse, 1894,(58) les armoiries contenant trois feuilles de nénuphar sans mention d'un cimier sont attribués à la maison Liégeoise de Mares - ici évrivée comme 'de Marets' - qu'elle est mentionnée dans le manuscrit médiéval de Jacques de Hemricourt Le Miroir des Nobles de Hasbaye de 1398 (59).

Dans ce manuscrit, qui est riche en descriptions d'armes, on ne trouve cependant aucune description de l'armes de la maison Marres, malgré ces nombreuses alliances mariages avec la noblesse comme celle d'Agnès Marres, fille Johan Marres, bourgmestre de Liège, avec Goffin la Hemricourt, secrétaire de la ville de Liège en 1335 et 1338, un oncle de l'auteur du Miroir des Nobles. Cela peut signifier que cette génération ne portait pas d'armes. Agnès était donc d'origine bourgeoise, même si elle est appelée une fille de bonne nation.

Herckenrode est le premier auteur qui descrit les armoiries mentionné ci-dessus, Gramme attribue à Jehan de Mares dans le 'Recueil Héraldique des Bourguemestres de Liège', Liège 1720, une arme tout à fait différent: d'or semé de fleurs de lis de gueules, au lambel d'azur à cinq pendants brochant en chef. Tous ces auteurs ne donnent pas de sources.

*

ARMOIRIES MARÈS EN FRANCE

MARÈS

(Nîmes)

MARÈS

(Cissac-Medoc)
Armoiries Mares à Manduel
Armoiries Mares à Manduel
Ceux-ci sont décrits dans les pages d'armes Mares françaises

*

Un bijou ALain et une bannière des Tartares

Tillya-tepe, Pakistan   -   Wolga, Zuid Rusland
`

Un membre de notre famille Pau de Marres, 1629 - 1707, portait dans ses armoiries, montrant son sceau de 1701 trois feulles de nénuphar tresseés ensemble et videés. Sur sa pierre tombale ils sont adjacents les uns aux autres.

Un figure qui est très similaire à la figure dans son sceau, trois feuilles de néneuphar tressés ensemble, est également dans la bannière d'un groupe de guerriers des Volga Tatars.

À droite, vous voyez la bannière des Tartares et au-dessous une image d'un sceau de Pau de Marres.

vaandel Kazan Tartaren aan de Don
Zegel Pau Marres, 1701

Sceau de Pau

*

Zerk_Pau_eerste kwartier

Détail de la pierre tombale de Pau

*

Nordeck zu Rabenau

Écusson Nordeck

Le placement trilobé, adjacent, le sommets des feuilles pointant vers le centre, on trouve aussi dans le premier trimestre de son bouclier sur sa pierre tombale.

En Allemagne, cette figure se trouve plus souvent. Héraldique (G.) Dreipaßförmig mit den Spitzen zusammengestellten, rund ausgeschlagenen schwarzen Seeblättern in silbernem Feld.

les vieilles familles nobles von Cleen, von Derbach et Nordeck zu Rabenau. Du dernier est connu une image du XIIIe siècle. Plus tard il a développé à un trèfle.

Ingeram_Codex_273_kleen waffen Nordeck zu Rabenau

Ce bijou est trouvé dans la tombe d'un prince nomade et ses cinq femmes en Ouzbékistan. A en juger par les pièces fournies elle est daté au milieu du premier siècle de notre ère. Trois des femmes portaient des bijoux typiques Sarmato-Alain. L'un d'eux portait ce bijou. Il a été constaté en 1880 et a été nommé l'Oxus trésor. La plupart est maintenant au British Museum à Londres.

Bijoux avec un motif de coeur est commun dans les tombes de Tillia Tepe au Pakistan, il est fréquemment trouvée dans chaque tombe. Il est toujours turquoise. Autre part ce motif est rare dans l'antiquité. Il est probablement pas un cður, mais une feuille, une feuille de lierre. Sur le manche d'un couteau richement décoré les feuilles avaient des tiges.

There is a pattern that is common in the graves of Tillya Tepe that is the heart motif that was found in each grave. It is always turquoise. This motif is very rare in antiquity.It's probably not a heart but a leaf, an ivy leaf. On the handle of a richly decorated knife the leafs had stalks.

Bijoux Alain

*

Blason MARES

blason Mares

Armoiries:  d'argent à un peigne de sable accompagnés de trois feuilles de trèfle vert.
Cimier: une feuilles de trèfle de l'écu.
Lambrequins: vert, bordé d'argent.

Cette arme est sur le sceau de cire d'une lettre de Michael Mares, 1727-1818, fils de Pierre Mares, brasseur à Wolder, et Helena Jorissen. La lettre est adressée aux États Généraux à La Haye et daté du 5 Février 1762. Ici, il en fait la demande être favorisée le prébende du chapitre de la cathédrale de Saint-Servais à Maastricht qui était vacant après la mort de Baron E.D. de Mean. (60)

Le peigne dans l'écu peut indiquer la profession de tondeurs de drap où les membres de cette famille au Moyen Age étaient actifs.

Michael Mares, qui est prêtre dans le Vroenhof de Maastricht, n'obtient pas cet office parce que son offre est surenchéri par P.L.J. van der Vrecken. Plus tard, il est vicaire de la noble communauté monastique de nobles dames à Vylig Dietkirchen Bonn (Dld.) L'église de Wolder il fait don d'un calice en argent. (61)

sceau de cire Michael Mares, 1762.
Nationaal Archief te 's-Gravenhage, Archief Staten Generaal, Missieven uit Maastricht 1761-1764, inv. nr. 5864, gezegelde brief van Michael Mares, 5 februari 1762; foto: Reproductie afdeling Nationaal Archief

Zegel van Michaël Mares
5 feb. 1762

De stempel waarmee de brief is gezegeld is gevonden bij een opgraving in Belgisch Lanaken in 2016.

Beschijving: Materiaal: koper?; afmeting: ongeveer 30mm hoogte (handvat), de eigenlijke stempel is 20 mm x 18 mm, Massa (gewicht): 7,99 gr. (62)

Zegelstempel van Michael Marres steel Zegelstempel van Michael Marres stempel
>

Acceuil Français

Acceuil Héraldique

Contact